Marie Cliche, conférencière dans le cadre de la Journée internationale de la femme
13 mars 2014


Marie Cliche est propriétaire de l'Auberge des Moissons de Vallée-Jonction depuis juillet 2006.
Elle fait également partie de l'équipe de mentor Robert-Cliche



Marie Cliche, propriétaire de l'Auberge des Moissons de Vallée-Jonction, était la conférencière invitée lors de la 14e édition du dîner conférence de la Chambre de commerce et d'industrie Nouvelle-Beauce (CCINB), offert dans le cadre de la Journée internationale de la femme. À cette occasion, tenue à La cache à Maxime le jeudi 13 mars, les quelque 120 convives ont été à même de constater le curriculum vitae impressionnant de cette femme d'affaires.

« Cette activité met en valeur une femme s'étant distinguée dans la communauté d’affaires de La Nouvelle-Beauce par son parcours professionnel remarquable tout en conciliant sa vie de famille », a présenté Johanne Côté, directrice générale de la CCINB.

La conférence

Pour commencer, Mme Cliche a raconté comment son rôle de sixième enfant d'une famille de 12 l'a aidé à devenir la femme d'affaires qu'elle est devenue. « J'ai appris à partager. L'égo en prend un coup, mais l'humilité prend tout son sens. Il faut prendre sa place, sinon les autres vont s'en charger », a-t-elle exprimé.

Puis, après avoir effleuré son passage à l'école secondaire, elle a mentionné que son premier objectif a presque été de devenir contrôleuse aérienne. Toutefois, le rêve était bien loin de la réalité. « Changer d'idée est souvent la meilleure solution, parce que j'aurais sans doute lâché dès le début », d'indiquer la conférencière.

C'est alors qu'ont débuté ses études en administration, lesquelles l'ont mené vers un emploi de comptable à la Banque de Montréal. « C'était un milieu difficile et froid, mais c'était très formateur. L'expérience a été bénéfique, car je n'ai jamais manqué de travail depuis. »

Après, elle a exposé les divers enseignements que la vie lui a appris, notamment en ce qui a trait à son passage à la défunte Caisse d'entraide de Beauce-Nord, ainsi qu'aux Résidences de la Vallée. « Ça a brassé à la Caisse d'entraide. Ça m'a permis d'être combative et à espérer. Aux Résidences de la Vallée, mon objectif était que chaque personne âgée puisse vivre comme dans sa propre maison. J'avais besoin de voir le fruit de mon travail dans les yeux des personnes âgées. J'ai vendu avec le sentiment du devoir accompli. J'avais besoin de reconsidérer ma vie de famille, mais je ne pouvais pas m'arrêter… », a continué Mme Cliche.

Ainsi, en juillet 2006, elle s'est portée acquéreuse d'une maison datant de 1829. Après bien des rénovations, l'endroit est devenu l’Auberge des Moissons à Vallée-Jonction. « J'ai l'impression de faire revivre la maison. Elle attire du tourisme et Beauce. Nous n'avons rien à envier aux autres régions du Québec! »

Enfin, elle a souligné que sa réussite n'était pas attribuable qu'à elle-même, et a reconnu que son parcours professionnel n'a pas été réalisé sans peine. Au contact de son conjoint Rock Cloutier, elle sait avoir appris la tolérance et la constance. « Tout est possible quand on ne baisse pas les bras, et il ne faut jamais croire que la personne devant nous est plus fine que soi », a-t-elle conclu, certaine de s'être bâti une réputation des plus enviables dans son milieu.

Rappelons que l'Auberge des Moissons de Vallée-Jonction est finaliste dans les catégories Hébergement – Gîtes et Restauration et Tables des produits du terroir de la 29e édition des Grands Prix du tourisme Desjardins de la Chaudière-Appalaches. Les gagnants seront connus lors d'un gala qui se tiendra le vendredi 4 avril au Complexe des Seigneuries de Saint-Agapit.


Source et photo : Hubert Lapointe, journaliste Édition Beauce