Le bonheur en entreprise en dix leçons
23 octobre 2014

Lors de la 16e édition de la Soirée des Sommets, M. Raynald Doyon, fondateur et président-directeur général de Systèmes Stekar inc. à Beauceville, a partagé à l’assistance composée de gens d’affaires son histoire en tant qu’entrepreneur. À travers son parcours en affaires, parsemé de grands bonheurs et de grandes déceptions, il a tiré plusieurs leçons et constats qui l’ont amené à reconnaître que « Le bonheur est fragile en entreprise ».

En affaires depuis plus de vingt ans, Raynald Doyon représente pour la communauté beauceronne un exemple éloquent d’un homme d’affaires persévérant, audacieux, visionnaire et déterminé. « Raynald Doyon incarne le bonheur! Quoiqu’il ait pu être fragile à certains moments dans sa vie, nous avons aujourd’hui un homme et un entrepreneur accompli, inspirant et fier devant nous. Je suis très heureux qu’il ait accepté de nous livrer son témoignage, une réelle source d’inspiration pour chacun d’entre nous » explique le président du CLD Robert-Cliche, M. Édouard Jacques. C’est ainsi que Raynald Doyon a partagé, en toute humilité, son histoire en entrepreneuriat en témoignant les constats tirés pour être celui qu’il est aujourd’hui.

1. Faire sa place et découvrir sa passion
2. Avoir de l’audace
3. Essayer vaut mieux que de dire « J’aurais donc dû »
4. Vivre sa passion
5. Oser innover
6. Connaître et respecter ses limites
7. On ne juge pas une personne pour ce qui lui arrive, mais pour ce qu’elle fait avec ce qui lui arrive
8. Savoir s’entourer
9. L’engagement de tous vers une vision commune
10. Le bonheur est fragile en entreprise

Devant ces constats, Raynald Doyon conclut que chacun doit être l’acteur de son propre bonheur. En entreprise, il faut avoir des objectifs ambitieux, réalisables et stimulants. Toutefois, le bonheur n’est pas dans le but lui-même, mais dans le trajet et les défis pour l’atteindre. En effet, il ne peut y avoir de réel succès sans bonheur et il ne peut y avoir de réel bonheur sans succès. Par conséquent, il faut faire des choix, parfois déchirants, et cela doit faire partie du plan de l’entreprise. Le gestionnaire a donc la responsabilité de faciliter les conditions de ce bonheur au travail en veillant à la qualité des relations et en créant une dynamique de projet.

Ainsi, pour lui, son défi chez Systèmes Stekar inc. est : obtenir l’engagement de tous pour développer l’autonomie et atteindre l’excellence dans leur mission, et ce, dans un environnement harmonieux, efficient et innovateur où règne un fort sentiment de fierté. « Plus on se rapproche de cette vision, plus c’est le bonheur! »

M. Raynald Doyon, conférencier, entouré de M. Daniel Chaîné, directeur général du CLD Robert-Cliche (gauche)
et M. Édouard Jacques, président du CLD Robert-Cliche (droite)