La passion pour l’agriculture, une histoire de famille !
26 octobre 2016

 

Sur la photo : Daniel Chaîné et Serge Jacques, CLD Robert-Cliche, Alain St-Hilaire, conférencier et Luc Provençal, MRC Robert-Cliche

Pour sa 18e édition de la Soirée des Sommets, le CLD Robert-Cliche est sorti des sentiers battus en proposant, pour une première fois, un conférencier en provenance du secteur agricole. Ainsi, M. Alain St-Hilaire, fondateur et copropriétaire de la Ferme Famille St-Hilaire de Saint-Odilon, a livré une conférence sous le thème « La passion pour l’agriculture, une histoire de famille » à plus de 350 personnes de la communauté d’affaires beauceronne le 26 octobre dernier. Un moment où il a partagé l’histoire d’un entrepreneur qui a fait naître et grandir une impressionnante entreprise en plus de livrer un témoignage vibrant sur les valeurs, les forces et l’équilibre qui unies les actionnaires membres de la famille. 

Alain St-Hilaire a été initié à l’agriculture dès son jeune âge avec les quelques animaux et les installations qui autosuffisaient les besoins familiaux. Le décès de son père, à l’âge de 18 ans, l’amène toutefois à se positionner sur ses projets de vie et de carrière. Pour lui, c’était une évidence : l’agriculture est sa passion et sa destinée. Pour en vivre, ils devaient toutefois agrandir la terre et augmenter ses avoirs.

Saisir les opportunités quand elles se présentent

Au fil des années, du mariage avec sa conjointe Lisette Boucher, la naissance de leurs trois enfants ; Ali, Audrée et Vicky, la ferme croît peu à peu en acquérant des terres, une vacherie et une porcherie. L’entreprise familiale est victime de la proie des flammes en 1990. Forcé de redéfinir leurs projets d’avenir, le vif intérêt des enfants, à peine âgés de 14, 12 et 10 ans, à participer à la reconstruction et d’y assurer la relève un jour amène les parents copropriétaires à définir leur vision autrement. L’entreprise est reconstruite en six semaines seulement avec l’aide de 100 bénévoles. C’est ensuite qu’elle prend son véritable envol en saisissant les opportunités d’affaires qui se présentent : construction d’une porcherie naisseur-finisseur issue d’une technologie européenne, achat de terres, élevages nouvelle ferme, renouvellement des équipements, etc.  Lorsque les enfants étaient prêts et suffisamment âgés, l’entreprise et ses fondateurs leur faisaient une place : LEUR place.

Innover pour progresser

Le secteur agricole n’est pas étranger à la rareté de main-d’œuvre en Beauce. En 2012, Ferme Famille St-Hilaire procède à l’embauche de sept travailleurs guatémaltèques pour rejoindre l’équipe existante. L’équipe en place s’est mobilisé pour s’adapter et s’outiller à l’accueil et l’intégration de cette main-d’œuvre immigrante.

Une passion transmise de génération en génération

Selon Alain St-Hilaire, en affaires, il faut avoir la passion pour réussir. Aimer ce que l’on fait, c’est la source première de motivation qui permet d’avancer quotidiennement et de définir une vision d’avenir. Quant à la famille, c’est l’union, c’est la force, c’est la richesse. C’est pourquoi, une place est aussi déjà accordée aux petits-enfants qui manifestent un intérêt à participer aux opérations. Pour lui, il suffit de les encourager à évoluer, d’utiliser le potentiel de chacun et de les intégrer à l’endroit où ils pourront s’accomplir et surtout se sentir heureux.

En plus d’incarner les valeurs familiales et de bon entrepreneur, l’agriculteur de Saint-Odilon a également livré un message orienté vers l’équilibre de la vie.  « Dans la vie, l’expérience commence en bicycle à pédales. Il ne faut pas sauter cette étape-là. Il faut tomber pour mieux se relever et il faut avancer pour ne pas perdre l’équilibre. Pour maintenir cet équilibre, il faut identifier nos besoins tout en comblant nos désirs » a conclu Alain St-Hilaire.